+ 689 40 425 600 / +689 87 305 303

Prendre en compte les risques psychosociaux en entreprise

29/07/2021

Prendre en compte les risques psychosociaux en entreprise

Prendre soin des salariés : avant, l’idée aurait pu paraître hors sujet, aujourd’hui elle est plus que jamais stratégique ! Pour l’employeur, la prévention des risques au travail est une obligation, pour les managers, ce doit être une priorité. Les délégués du personnel, les membres de CHSCT, les représentant syndicaux ont de vrais obligations sur la mise en place d'actions de prévention des risques professionnels, qui intègrent les risques psychosociaux. Alors, si vous aussi vous faites partie de ceux qui se bougent tous les jours pour préserver la sécurité et la santé de vos collaborateurs, on espère que ces quelques conseils pourront vous aider :)

 

Depuis le début de l’année 2020, nous vivons tous dans un environnement chamboulé, c’est le moins que l’on puisse dire ! Entre mesures et contre-mesures sanitaires, économiques, et sociétales ; nous ne cessons de surnager dans un environnement imprévisible et pour certains plus complexe qu’avant le Covid.

Plus que jamais il est nécessaire et utile d’adopter un esprit constructif et bienveillant, de prendre soin de nos collaborateurs et de nos collègues, d’être réellement à l’écoute !

Alors pour cette rentrée, afin de réveiller les enthousiasmes et apaiser les esprits inquiets, rien de mieux que de s’atteler à la prévention des risques psychosociaux dans votre structure. 

Dans notre précédente actualité sur le sujet nous vous définissions les différents aspects des risques psychosociaux (stress, violence, burn-out, harcèlement au travail…) ainsi que les obligations légales de l’employeur. Retrouvez toutes ces informations ici :

 

 

 

Aujourd’hui nous vous accompagnons dans l’action !

 

Comment identifier un collègue ou un collaborateur qui se sent mal ?

 

Si cette question revient souvent, se former à identifier les signaux d’alertes permet de repérer une situation avant qu’elle ne se dégrade.

 

 

Lorsqu’une plainte est clairement exprimée par le salarié par une manifestation de détresse psychique telles que des crises de larmes, de manifestations somatiques, des violences verbales ou physiques y compris sur soi-même, il est nécessaire de la prendre en compte. Si pour certains il est aisé d’alerter sur sa situation, d’autres individus nécessitent plus d’attention. Mon collègue se plaint de manquer d’énergie pour accomplir son travail ? Il me fait part de problèmes de concentration ? Il arrive en retard alors que ce n’est pas dans ses habitudes ? Il se montre facilement irritable ? Il dénigre son travail ou son environnement professionnel ? Il n’est plus volontaire dans les projets ou a tendance à s’isoler ? Ces questions sont autant d’indicateurs d’alerte pouvant laisser présager qu’un travailleur, ayant par exemple une attitude ou un comportement inhabituel, manifeste un mal être. Ces premiers signes permettent de prendre en charge individuellement une personne mais également d’identifier la dégradation de son environnement ou son organisation de travail et ainsi prévenir les impacts sur d’autres salariés.

 

Qui peut agir dans cette situation ?

Au sein d’une organisation, toutes les parties prenantes peuvent jouer un rôle crucial dans tout ce qui a trait à la santé psychologique au travail. Il en est ainsi des managers de proximité qui ont, du fait de leur présence au quotidien, des facilités à repérer les signaux faibles et à faire remonter des situations particulières. Viennent ensuite les représentants du personnel, qui peuvent avoir plus de facilité à prendre le pouls et à évoquer le sujet par leurs propres canaux de communication internes. Ils peuvent donc être un excellent intermédiaire pour ouvrir les discussions et suggérer des points de vigilance auprès des équipes RH et de la direction. Enfin, il y a bien entendu la médecine du travail qui a un rôle capital à jouer.

« Les managers de proximité ont, du fait de leur présence au quotidien, des facilités à repérer les signaux faibles et à faire remonter des situations particulières. »

 

 

Et concrètement, je fais quoi ?

Lorsqu’il s’agit d’une situation individuelle, il faut faire preuve d’écoute et orienter le salarié vers les personnes compétentes (médecine du travail, lignes d’écoute anonymes…), tout en gardant à l’esprit que pour que cette démarche soit efficace, elle doit émaner du salarié lui-même. Mais ce mal être peut-être collectif, il est donc important d’ouvrir des espaces de discussion en équipe afin d’échanger sur les difficultés rencontrées au travail. Il s’agit alors de faire le tri entre les émotions ressenties et les faits qui mettent en difficultés les équipes : désorganisation de l’équipe, manque de communication, violence du public, charge de travail importante, travailler en période d’incertitude… C’est comme cela que des pistes de réflexions et des leviers de transformation peuvent être collectivement construit.

 

Dès aujourd’hui, que puis-je faire ?

Assurer la sécurité et la santé des salariés c’est aussi agir au plus tôt en réfléchissant en amont à l’organisation et aux conditions de travail mais savoir aussi faire face lorsque la situation est déjà en crise. Voici des exemples d’actions que vous pouvez mettre en place :

  1. Diffuser l’information : La première étape est de sensibiliser l’ensemble du personnel à l’existence de ces risques. Connaître leur existence, c’est déjà un premier pas vers leur prise en compte, que ce soit pour soi-même ou pour ses collaborateurs. Partager de l’information sur les risques psychosociaux permet d’ouvrir la parole et de démystifier le sujet.
  1. Former et développer les compétences de prévention : La deuxième étape est de pouvoir former des personnes relais au sein de sa structure. Ces acteurs pourront avoir un regard plus aiguisé sur ces problématiques et être un point d’accueil pour les personnes en difficultés. Si l’obligation de prévention incombe à l’employeur, celui-ci ne peut être le seul acteur et doit pouvoir s’appuyer sur des relais en interne.
  1. Organiser des actions de prévention concrètes : Enfin, écouter les difficultés évoquées par les salariés et planifier des actions de transformation des conditions de travail c’est aussi améliorer leur sentiment d’appartenance, leur motivation et leur qualité de vie au travail. Ces actions peuvent être planifier dans la durée et parfois s’avérer plus simple que l’on ne l’aurait imaginé (organiser des temps conviviaux, pensez à créer des binômes sur certaines activités, créer un affichage pour faciliter l’accueil du public).
  1. Accompagner le changement : N’oubliez pas, chaque changement peut être une source de stress ! Alors au quotidien pensez à associer vos collaborateurs autant que possible aux décisions et récupérez leurs feedbacks.

 

Puis-je faire appel à un consultant extérieur ?

Les facteurs de risques psychosociaux sont multiples et complexes. Leur repérage et leur analyse requièrent parfois un investissement en temps et moyens humaines, ainsi que des compétences particulières. Vous avez auparavant abordé le sujet avec le médecin du travail, le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), les délégués du personnel, mais vous avez besoin d’un avis extérieur. Pour ces raisons, un consultant externe peut vous être utile dans votre démarche de prévention des risques psychosociaux. Grâce à son analyse et au regard neuf qu’il pourra vous apporter, son intervention peut vous permettre d’aborder sous un autre angle la situation au sein de votre entreprise.

 

CONFORM HSCT peut accompagner vos salariés dans la prévention des risques psychosociaux. Des solutions adaptées vous sont proposées afin d'améliorer le quotidien de tous. Retrouvez toutes nos formations dans la catégorie « prévention des risques psychosociaux ».